“Le parquet ayant demandé une peine plancher, il retira sa plinthe”

Et si, en cette période de rentrée, vous aviez envie de redonner un coup de frais à votre intérieur ? Votre espace de vie peut avoir une toute autre allure, rien qu’avec un nouveau sol. Or parmi les revêtements proposés, le parquet est en bonne place et vous offre de multiples options.

Les types de parquet

  • Le parquet massif est le plus traditionnel. Sa qualité et son épaisseur, qui lui permettent de supporter plusieurs rénovations, lui confèrent une longévité exceptionnelle (près d’un siècle !). Il présente de bonnes performances d’isolation thermique et sonore. Ces qualités ont cependant un coût non négligeable ! De plus la complexité de sa pose oblige à faire appel à des professionnels qualifiés.
  • Le parquet contre collé est composé de 3 couches dont seules la première, la couche d’usure, est en bois massif. Cela offre un double avantage : le prix en est amoindri, et l’épaisseur plus importante apporte plus de stabilité que le parquet massif. Ce parquet peut être poncé, coloré, vernis… Il supporte deux rénovations. S’il est bien entretenu sa durée de vie dépassera le demi-siècle.
  • Pour un sol encore plus sable que le contre collé et à un prix intermédiaire, optez pour le parquet semi massif.
  • Le sol stratifié est parfois appelé « parquet », à tort parce qu’il ne contient pas de bois. Il s’agit d’une imitation de parquet, composée de 3 couches : décor, aggloméré et contre-balancement. Ses atouts principaux sont le coût très avantageux et la pose facile (flottante). Ses faiblesses seront sa fragilité et l’impossibilité de le rénover, ce qui réduit sa longévité.

Les types de pose

  • Un parquet massif devra être cloué sur des lambourdes, ou bien collé
  • Un parquet contre collé, en plus des techniques du massif, permet aussi une pose flottante. Ce procédé consiste à clipser les lames du parquet entre elles.
  • Le sol stratifié est posé uniquement en flottant.

** Attention : La pose d’une sous-couche est obligatoire en pose flottante ; est est facultative pour la pose collée, à condition que le support soit plane, sec et sain.**

L’esthétique

Le choix esthétique de votre parquet doit prendre en compte non seulement l’essence de bois, qui déterminera son coloris, mais aussi la taille des lames. Enfin il devra s’accorder au mobilier et autre déco de votre intérieur !

  • Dans une pièce de taille réduite, les lames larges vont donner une impression d’espace étriqué, privilégiez donc des lames plus petites (moins de 15 cm). Pour des pièces vastes, optez pour de larges lames de 15 à 29 cm.
  • Si votre pièce est grande et lumineuse, avec un mobilier moderne de couleur claire, préférez un parquet foncé. A l’inverse, un parquet d’essence claire apportera de la luminosité et agrandira une pièce.
  • Pour un côté rustique, le chêne brossé fera apparaître ses veines et ses nœuds ; Le look haussmannien en pointes de Hongrie, revient dans la tendance… Vous en aurez pour tous les goûts, et tous les coûts !

En France c’est l’essence de chêne qui domine le marché. Pour les pièces humides, on choisira des bois imputrescibles comme le teck d’Indonésie ou le Merbau. Petite particularité de la région bordelaise, le pitchpin est très utilisé par chez nous !

L’écologie

Nous sommes de plus en plus nombreux à être sensibilisés à la préservation de notre éco-système. Dans cet esprit, des alternatives au parquet traditionnel sont apparues.

En effet, alors que le chêne met un demi-siècle à repousser, le bambou ne met que 6 années. Cette solution éco-responsable permet de profiter d’un parquet esthétique, très résistant et facile d’entretien.

Nous préconisons de se fier aux labels qui garantissent une exploitation durable des forêts : en Europe il s’agit du label PEFC, pour les autres continents le label FSC.

 

Pour tous vos projets, contactez-nous ! Cabinet de Maîtrise d’œuvre à Bordeaux.