Secteur sauvegardé : quelles conséquences pour votre projet ?

En tant que Maître d’Œuvre à Bordeaux, Florian Bourdon a toujours été sensible au patrimoine bordelais. Ainsi quoi de plus naturel pour le Cabinet Biec que de s’implanter en plein secteur sauvegardé ?

Mais au fait, qu’est-ce donc que ce secteur sauvegardé ?

Il s’agit d’une zone précise, soumise à des règles particulières en raison de son caractère « historique, esthétique ou de nature à justifier la conservation, la restauration ou la mise en valeur de tout ou partie d’un ensemble d’immeubles bâtis ou non».

C’est André Malraux, alors Ministre chargé des affaires culturelles en 1962, qui a porté la loi de la création du secteur sauvegardé. Il voulait préserver l’aspect de certains monuments mais aussi certains quartiers, sans pour autant les figer dans le passé.

C’est là tout l’enjeu de cette loi : faire place à la modernité sans perdre l’identité des lieux, permettre une évolution harmonieuse du patrimoine dans le respect de l’existant.

Votre projet est situé en secteur sauvegardé, quel impact sur votre projet de rénovation ou de construction ?

Votre Maître d’Œuvre, lors de la conception de votre projet, doit toujours se conformer au Plan Local d’Urbanisme (PLU). Lorsque le Cabinet Biec dépose pour vous en mairie un dossier de Permis de Construire ou de Déclaration Préalable, il se voit signifier le délai d’instruction de ce dossier.

Ce qui change lorsque projet est situé en secteur sauvegardé, c’est qu’il faut alors suivre le Plan de Sauvegarde et de mise en valeur (PSMV), s’il y en existe un. L’Architecte des Bâtiments de France doit être consulté. C’est lui qui vérifie la conformité du projet avec le PSMV. Il émet un avis dans un délai d’un mois, ce qui rallonge d’autant le délai d’instruction de votre dossier. La mairie doit se conformer à cet avis.

L’Architecte des Bâtiments de France est investi d’une mission de service public d’entretien et de conservation des monuments. Il veille à la bonne insertion des constructions neuves et des transformations aux abords des monuments historiques (périmètre 500 mètres). Il doit faire en sorte de conserver les immeubles ayant un intérêt historique.

Nous collaborons très régulièrement avec les services des Architectes des Bâtiments de France. L’importance de conserver notre précieux patrimoine, tout en le modernisant pour lui permettre de s’adapter en douceur à notre époque : voilà un défi de chaque jour, que Biec aime à relever !